Rechercher
  • Service Com

Communiqué de presse sur le coup d'Etat au Burkina Faso

La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) est très préoccupée par les évènements qui se déroulent depuis le lundi 24 janvier 2022 au Burkina Faso où le Président de la République vient d’être renversé par des militaires.


Les militaires qui ont renversé le pouvoir, regroupés au sein du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), reprochent au pouvoir du Président Roch Marc Christian Kaboré son incapacité à unir les Burkinabé pour faire face efficacement à la situation sécuritaire qui sévit dans le pays et qui constitue une réelle menace à l’intégrité du territoire burkinabé et à la survie des institutions du pays. Les militaires ont également annoncé la fermeture des frontières, la suspension de la Constitution, la dissolution du gouvernement, et de l'Assemblée Nationale avant de s’engager à œuvrer pour un retour à un ordre constitutionnel dans un délai raisonnable. Ainsi, face à ces événements qui menacent la paix et la sécurité du Burkina Faso et de toute la sous-région ouest africaine, la RADDHO: Condamne fermement le coup de force perpétré par les militaires dont le rôle est de défendre l’intégrité territoriale du Burkina Faso et non de s’immiscer dans la gestion des affaires politiques ; Demande aux auteurs de ce coup de force de libérer immédiatement le Président Roch Marc Christian KABORE et toutes les autres autorités qu’ils détiennent et de veiller à la sécurité des Burkinabé et de tous les étrangers vivant dans ce pays ; Exige le retour à un ordre constitutionnel et la restitution du pouvoir aux civils dans les meilleurs délais, conformément aux engagements souscris dans le cadre de la CEDEAO et de l’Union africaine ; Demande à la CEDEAO, à l’Union africaine et à l’ONU de travailler à la mise en place d’un cadre opérationnel de dialogue avec la junte au pouvoir pour un retour rapide de l’ordre civil et constitutionnel au Burkina Faso.

Fait à Dakar, le 26 Janvier 2022

Le Secrétaire général de la RADDHO