top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurService Com

Fatick : la communauté appelée à signaler les cas de viols et de pédophilie

Une manifestation organisée dans le cadre de la célébration des 16 jours d’activisme pour lutter contre les violences basées sur le genre.



Les organisations de défense des droits de l’homme et la Raddho luttent contre les viols et la pédophilie à travers des fora de sensibilisation avec les mouvements à foulards , les leaders communautaires, les bureaux genre (IA et IEF), les badienou gox, ndeyi daara, Imam, Curé, associations de femmes et de filles , élèves, leaders d’opinion (femmes, hommes, filles, garçons). Les acteurs estiment que ses actes sont toujours présents dans la communauté mais les populations n’ont pas encore le culte du signalement vers les services compétents.

Selon les experts, le viol et la pédophilie sont des violences sexuelles très graves qui détruisent la vie des victimes particulièrement des femmes et des jeunes filles concernées. Cependant les hommes comme les femmes peuvent être victimes de violences sexistes et sexuelles. Toutefois, les données et études nationales et internationales montrent que les victimes de violences sexistes et sexuelles sont majoritairement des femmes. Les femmes sont trois fois plus souvent exposées aux violences sexuelles.

A propos de la loi criminalisant le viol et sa genèse Younouss Mansaly coordinateur de l’observatoire décentralisé de la Radhoo à Fatick explique « à la suite de plusieurs mobilisations d’organismes de défense des droits des femmes et des enfants dénonçant des cas de violences suivies de meurtre, la loi n° 2020 – 05 criminalisant le viol et la pédophilie a été promulguée ».

 Dans le cadre de la lutte contre les violences faites aux femmes,Younouss Mansaly estime « qu’un accent particulier doit être mis sur les conséquences au niveau humain (physique, psychologique, émotionnel, et social) mais aussi au niveau de l’exercice des droits humains (comment ces violences dévastatrices affectent la jouissance ».

 Pour un impact de la loi criminalisant le viol et la pédophilie , Younouss Mansaly affirme qu’elle « devrait être abordée pour que les communautés en soient informées. Le problème est plus dans la prise de conscience de ces phénomènes et de leurs effets néfastes que dans la loi ».

A propos de la journée de sensibilisation à la mairie de Fatick, le coordonnateur de l’observatoire de la Radhoo soutient que « Consciente de cela, la RADDHO a organisé une campagne nationale sur les violences faites aux femmes, à travers 14 foras régionaux de sensibilisation des populations sur les conséquences du viol et de la pédophilie en vue d’une meilleure appropriation de la loi. loi n° 2020 – 05 ».

 Sur l’importance de la campagne, le jeune homme informe que « l’objectif était de mener des actions de vulgarisation, de sensibilisation sur le viol et la pédophilie et sur la loi portant criminalisation du viol et de la pédophilie auprès des communautés, afin de susciter chez elles une prise de conscience et les inciter à s’engager dans la lutte contre ces fléaux ».

Younouss Mansaly d’ajouter que de façon spécifiques , la formation vise à sensibiliser la communauté sur la loi afin de favoriser  une meilleure appropriation par la communauté de la loi ».

Pour les défenseurs des droits des femmes, les causes des viols sont nombreuses comme la pauvreté, la promiscuité, la démission des parents, la mode et les réseaux sociaux, la télévision entre autres.


Source : SUNUKEUR.NET

bottom of page